Le Quatrième Mur







Editions : Gasset
Auteur : Sorj Chalandon
Pages : 327


Bilan : Un roman bouleversant qui ne vous laissera pas indemne ...







Je termine à peine ce livre à l'heure où je vous écris mais je ne peux m'empêcher d'écrire mon avis, maintenant, tout de suite ... Je ne m'attendais pas à ça et pourtant, ce roman m'a touchée comme aucun encore ne l'avait fait ...

« L'idée de Sam était belle et folle : monter l'Antigone de Jean Anouilh à Beyrouth. Voler deux heures à la guerre, en prélevant dans chaque camp un fils ou une fille pour en faire des acteurs. Puis rassembler ces ennemis sur une scène de fortune, entre cour détruite et jardin saccagé.
Samuel était grec. Juif, aussi. Mon frère en quelque sorte. Un jour, il m'a demandé de participer à cette trêve poétique. Il me l'a fait promettre, à moi, petit théâtreux de patronnage. Et je lui ai dit oui. Je suis allé à Beyrouth le 10 février 1982, main tendue à la paix. Avant que la guerre ne m'offre brutalement la sienne... »

L'histoire est celle de Georges, après une jeunesse révolutionnaire, il retrouve Sam. Un Juif metteur en scène qu'il a connu plus jeune et qu'il considère comme son frère. Ce dernier lui annonce vouloir jouer Antigone de Jean Anouilh à Beyrouth en y rassemblant des ennemis comme acteurs. Un projet fou mais dans lequel il a déjà commencé ses recherches. Sam tombe malade et fait alors promettre à Georges de finir son travail et de jouer la pièce. Georges accepte. Il doit alors laisser femme et fille, sa vie, pour aller réaliser ce projet à ses risques et périls ...

J'ai eu du mal au début avec ce roman, je ne comprenais pas qui était qui, les religions, les personnages, leurs ambitions et surtout je ne voyais pas de lien entre les informations données. Mais petit à petit, tout s'est mis en place, mon esprit s'est connecté, je dirai même qu'il s'est aspiré dans ce roman, et je me suis abandonnée à cette lecture.
Le contexte est complexe, la guerre au Liban, un sujet difficile qui demande certaines connaissances ! Je me suis documentée pour mieux comprendre, pour mieux saisir les personnages et les enjeux qu'ils défendent, je me suis fondue dans l'histoire ...
Je vais le dire sincèrement, j'ai eu du mal à lire certains passages, durs, très durs... La guerre est un lieu de massacres, de peur et de souffrance, ce roman le fait parfaitement comprendre et j'ai été profondément marquée par la monstruosité des actes commis, mais tout ça fait prendre conscience de la vie telle qu'elle peut être. De la souffrance de certaines populations ... Et je vais vous dire que tout ça m'a retournée et bouleversée, ça m'a pris aux tripes ! L'histoire est racontée sans détours et faux langages et pour ça, j'en remercie l'auteur. 
Avec ce fond de guerre, on a aussi le théâtre, le théâtre par lequel Sam voulait prendre quelques heures à la guerre, montrer que des conciliations sont possibles. Cet aspect poétique m'a également touchée. D'autant plus que la pièce d'Antigone se mêle à la réalité, que Georges va confondre son destin avec celui d'Antigone. Une alliance magnifique et époustouflante malgré la tristesse qu'elle dégage.

Je ne sais que dire de plus ... Je suis chamboulée par cette oeuvre qui montre le monde tel qu'il est mais avec des personnages attachants et bouleversants ... Faites-vous votre propre idée de ce roman, lisez-le, vivez-le et comprenez-le ...

<< -Le quatrième mur, c'est ce qui empêche le comédien de baiser avec le public, a répondu Samuel Akounis.
Une facade imaginaire, que les acteurs construisent en bord de scène pour renforcer l'illusion. Une muraille qui protège leur personnage. Pour certains, un remède contre le trac. Pour d'autres, la frontière du réel. Une clôture invisible, qu'ils brisent parfois d'une réplique s'adressant à la salle.>>

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Et tu n'es pas revenu

Un long dimanche de fiançailles