Max







Editions : Pocket
Auteur : Michel Quint
Pages : 248



Bilan : Un roman que j'ai trouvé complexe mais très intéressant.







Je suis tombée sur ce livre par hasard mais appréciant les lectures sur la 2nde Guerre Mondiale, je n'ai pu résister à celui-ci.

Leur rencontre a lieu à Lyon, en janvier 1943, dans un café proche des berges du Rhône. Agathe est étudiante en histoire et l'homme à l'écharpe se fait appeler Jacques Martel, marchand de tableaux niçois. La jeune fille ignore que, depuis que de Gaulle l'a chargé d'unifier la Résistance, il est aussi Max, chef désigné de l'Armée des ombres. Lui ne sait pas qu'il ne lui reste que six mois à vivre. 


Qui, de Max ou de Martel, est tombé amoureux d'elle ? L'heure est à la violence, à la terreur, à l'héroïsme. La figure de Jean Moulin se profile sur cette guerre secrète qui fera de lui une légende... 



Ce roman nous raconte les derniers mois de Jean Moulin, se faisant appelé Jaques Martel, mêlés à la vie d'une jeune femme, Agathe Langlois. Tous deux se rencontrent et immédiatement, quelque chose se passent entre eux, un lien indéfectible se tisse. L'histoire avance, la guerre fait rage, la résistance en France peine à se lier, entre trahison, amour et chagrin, Agathe et Jean poursuivent leur discussion et leur engagement en résistance.

J'ai aimé ce croisement de point de vue à chaque chapitre entre Agathe et Jean Moulin, cela permettait de comprendre ce que l'un pensait de l'autre, la complexité de ce qu'ils ressentaient mais aussi de voir le rôle personnel de chacun des deux dans la résistance. Pour autant, le fait de ne pas nommer au début des chapitres le nom de celui qu'on suivait m'a déroutée et parfois, je ne savais pas face à qui j'étais.
Les multiples personnes présentes m'ont aussi perdue, bien que la résistance soit nombreuse et que donc, cela soit normal !, mais je n'arrivais plus à savoir qui était qui et ça m'a agacée ! Chacun à des noms de code, certains trahissent, d'autres meurent mais je n'arrivais pas à savoir qui au final, assez frustrant !
Au niveau des dialogues et de la narration j'ai aussi eu du mal puisqu'ils ne sont pas séparés nettement et je ne comprenais parfois pas où j'en étais !

Ce que j'ai trouvé incroyable dans ce roman, c'est l'imagination de l'auteur quant à ce que ressentait Jean Moulin. Ce travail là, je l'ai trouvé fantastique ! Réussir à recréer les sentiments de quelqu'un, à les transcrire dans un roman, c'est vraiment un beau travail. Cela m'a permis de voir ce grand chef de la résistance non pas comme une figure droite et combattante mais comme un homme, avec des peurs, des envies, des désirs, de la peine et du regret. Ces moments de confession qu'on trouve dans le livre m'ont serré le cœur parce que j'y ai découvert un autre homme que celui que je m'étais imaginé.

Pour ce qui est d'Agathe, j'ai eu du mal au début à comprendre le pourquoi de son existence dans ce livre mais plus les pages ont filé, plus j'ai apprécié cette jeune femme forte et digne, amoureuse et pleine de vie, qui se bat pour son pays.

Dans ce roman, c'est vrai les 50 dernières pages qui m'ont transportée, l'arrestation, la torture, et Agathe qui continue sa douloureuse vie... Le dernier chapitre, je l'ai vécu durement mais pleinement, parce qu'Agathe vit, Agathe reste et se battra toute sa vie ...

Finalement un roman qui m'a plu, qui m'a montré une autre face d'un homme que j'admire, un roman très intéressant à lire !



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Et tu n'es pas revenu

Un long dimanche de fiançailles