Je pense trop






Editions : Guy Trédaniel Editeur
Auteur : Christel Petitcollin
Pages : 224



Bilan : Un livre instructif et clair dans ses explications








Ce livre traite d’un sujet que certaines personnes peuvent connaître : les pensées à profusion !

Qui pourrait penser qu'être intelligent puisse faire souffrir et rendre malheureux ? Pourtant, je reçois souvent en consultation des gens qui se plaignent de trop penser. Ils disent que leur mental ne leur laisse aucun répit, même la nuit. Ils en ont marre de ces doutes, de ces questions, de cette conscience aiguë des choses, de leurs sens trop développés auxquels n'échappe aucun détail. Ils voudraient débrancher leur esprit, mais ils souffrent surtout de se sentir différents, incompris et blessés par le monde d'aujourd'hui. Ils concluent souvent par : " Je ne suis pas de cette planète ! " Ce livre propose des cours de mécanique et de pilotage de ces cerveaux surefficients.

Lorsque votre cerveau est sans cesse en réflexion sur tout, sur rien, que vous êtes constamment en train de réfléchir sur tel ou tel sujet, que vous n’arrivez pas à dormir parce que vos pensées vous obnubilent. Si vous connaissez ça, ce livre est fait pour vous !
L’auteur y explique avec précision ce que l’on ressent, tente de nous apporter des explications, mais aussi de nous faire comprendre que ce n’est pas grave. Ce phénomène qu’est la "surefficience mentale" touche peu de personnes mais est difficile à vivre. Les personnes ressentent un décalage face aux autres, elles n’arrivent pas à comprendre leur point de vue et se sentent différentes. Grâce à cet ouvrage, on comprend les différents points de vue, on se trouve alors mieux en mesure de les appréhender dans la vie courante.
J’ai apprécié la simplicité d’écriture, les multiples exemples donnés, qui rendent accessibles à tous l’explication donnée de ce phénomène. Ils permettent d'imaginer les scènes décrites et nous rendent à même de comprendre ce qui se passent en nous.


Un ouvrage qui m’a beaucoup intéressée et par lequel on comprend mieux ses propres réactions mais aussi ces pensées multiples qui nous suivent.











Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Et tu n'es pas revenu

Un long dimanche de fiançailles