Comment fausser compagnie à ses geôliers allemands




Editions : Pierre de Taillac
Auteur : Lieutenant Géraud de Bonnafos
Pages : 64

Bilan : Un livre atypique sur les camps de concentration, je vous le conseille !




Après avoir combattu héroïquement lors de la bataille de France, en 1940, Géraud de Bonnafos est fait prisonnier par les Allemands et interné dans un camp pour officiers. Mais son caractère et les valeurs militaires qu’on lui a enseignées le poussent à résister et à entreprendre tout ce qui est en son pouvoir pour s’évader. Il participe à plusieurs tentatives, mais il est malheureusement toujours repris. Pour le punir, ses geôliers l’enferment dans une pièce inondée pendant plusieurs jours et il contracte une pleurésie. Sa vie est en danger et, en 1942, il est libéré pour raison sanitaire, les Allemands jugeant impossible que ce mourant reprenne un jour le combat.
Le lieutenant de Bonnafos continuera la lutte à sa manière : en enseignant les techniques d’évasion ! Ce manuel est tiré d’une conférence qu’il a prononcée pendant la guerre dans un sanatorium. Il y détaille les conditions de détention et toutes les techniques d’évasion qu’il a vues réussir.

Comme le dit le résumé, ce livre tire son origine d’une conférence donnée par Géraud de Bonnafos. Ses petits-enfants ont retrouvé ce texte dans lequel il a raconté, 70 ans auparavant, les diverses techniques utilisées pour s’échapper d’un camp allemand.
Le format du livre m’a plu, avec des paragraphes de quelques lignes sur chaque sujet, cela donne un rythme intéressant au livre. On trouve des anecdotes et techniques utilisées par les déportés. Celles-ci ont fonctionné, ou pas, mais ont toutes bénéficié d’une recherche en amont et de la solidarité des prisonniers pour être mises à exécution. C’est ce que j’ai aimé, voir à quel point les détenus s’entraidaient, quitte à aller au fond de canalisations, à risquer leur vie, pour préparer l’évasion d’une autre.
Le lieutenant de Bonnafos parle également des sanctions si l’on est pris, et des moments où des préparations ont failli tomber à l’eau, et c’est tout ce qui donne du cachet à cet ouvrage, parce qu’on voit les camps sous un autre angle, et même raconté avec humour !
Finalement une deuxième partie se consacre plus à l’évolution de la guerre, et ce qui s’est passé dans les camps, se détachant des techniques d’évasion du début.


C’est le premier livre que je lis sur les camps de concentration qui a une telle teinte. Certes l’auteur évoque les malheurs du camp, mais raconté avec une pointe d’humour, cela prend un tout autre aspect ! 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Et tu n'es pas revenu

Un long dimanche de fiançailles